Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LA LISEUSE DE VILLAMAGNA

LA LISEUSE DE VILLAMAGNA

Littérature, Cinema, coups de gueule ou de coeur

Publié le par Gabriella
L'AQUILA : 4 ans plus tard

Il y a environ 4 ans, j'ai entendu parler aux infos,comme beaucoup, du tremblement de terre en Abruzzo (Italie) et en particulier à l'Aquila. Etant native de cette région, j ai été attristée de voir ces amas de pierres qui furent des maisons, ces corps sans vie, alignés sur le sol, qui étaient des fils, des parents, des familles. Ces appartements éventrés laissant apparaitre des lits écrasés, ce linge qui séchaient , ces meubles en miettes donnaient l'impression d'un après-guerre.

Tout de suite, il y eut une mobilisation nationale puis internationale. Beaucoup d'aides humaines pour accompagner les survivants : protection civile, pompiers, psys, infirmiers et de la nourriture, de l'eau potable puis arrivèrent les aides financières de tout pays : des millions d'euros....

C'est donc en touriste pleine de curiosité que je me suis rendue sur place, me trouvant à 100 kms du lieu où les secousses sont toujours quasi quotidiennes Le 1er vllage que j'ai visité est "Onna", peu d'habitants, plus du tout de magasins, plus d'agriculture ni travail. La reconstruction se fait petit à petit : quelques églises rebaties mais les montagnes de gravats sont présentes rappelant à chacun la tragédie.

Il me fut facile de discuter de cette période avec les habitants d'Onna. Beaucoup s'ennuient, ceux qui ont dépassé 50 ans sont restés mais n'ont plus d'activité. "Rien ne pousse plus ici " disent-ils. "Là où se trouvaient nos champs de blé, le sol est devenu aride. Nos étables sont vides de chèvres. Beaucoup de nos enfants sont décédés ou gravement blessés. Ma nièce est souvent sujette à des crises de panique malgré la psychothérapie" ajoute cet ancien maçon de 58 ans. Il raconte comment ils ont été surpris en pleine nuit par cette "secousse" plus importante que les autres. Les tremblements de terre sont fréquents en Italie mas ce que beaucoup n'acceptent pas est le fait que ce séisme ait été détecté par 2 géologues quelques jours auparavant. Ceux-ci ayant averti les autorités italennes de l'évènement tragique, ont été placés en prison en attendant que l'on vérifie leurs déclarations alarmantes. Aujourd'hui, justice leur est rendue suite à un procès mais les habitants se sont sentis pris en otage en pleine nuit (plus de 300 morts et 1500 blessés). La colère est là : "pourquoi le silence diplomatique de l'état a dû coûter la vie de nos enfants ?". Ayant eu connaissance de la vérité, les habitants auraient eu le choix de passer la nuit ailleurs épargnant ainsi la vie de beaucoup. La colère, la peine, la révolte sont légitimes.

Bien sur, Berlusconi a fait construire des maisonnettes en bois pour chaque famille, tous ont été relogés.Mais, on murmure que des millions d'euros ont été éparpillés et pas toujours utilisés à bon escient.

Passons à l'Aquila. La ville est grande, imposante parmi les montagnes. C'est le choc.On croirait que le drame s'est déroulé il y a 1 mois. Les pompiers sont toujours sur le terrain, les magasins scellés,les grues présentes par dizaines. On monte des échafaudages partout, les maçons s'interpellent. Que de choses à faire ! Du travail pour 10 ans encore, c est fou. Les jeunes sont partis, l'université et l'hopital fermés. Il serait plus raisonnable de tout raser et construire du neuf. Seulement, l'Italie posséde des églises antiques, une culture séculaire qu'on ne peut raser alors le travail est collossal. Ceux qui sont restés essaient de vivre "comme avant" mais on s'attend à de nouvelles secousses. Résignation pour ces montagnards habitués à vivre à la dure et avec peu.

Malgré tout, comme ils disent "la vie continue" et on voit avec plaisir quelques amoureux se promener et s'amuser à la fete qui se prépare...........................

Voici quelques photos qui parlent d'elle-memes !

ONNA
ONNA
ONNA

ONNA

L'AQUILA : 4 ans plus tard
L'AQUILA : 4 ans plus tard
L'AQUILA : 4 ans plus tard
L'AQUILA : 4 ans plus tard
L'AQUILA : 4 ans plus tard
L'AQUILA : 4 ans plus tard
L'AQUILA : 4 ans plus tardL'AQUILA : 4 ans plus tard
Publié le par Gabriella
Semaine Mozartienne Chieti

XIV Edizione de Mozart du 15 au 21 juillet 2013 a Chieti en Abruzzo (Italie)

Il s agit d un grand moment culturel dédié à l univers de Mozart.

CHIETI, ville magnifique et magique,nous fait vivre l époque de cet artiste.Toutes les vitrines du centre ville sont concernées et proposent des produits s adaptant aux oeuvres de Mozart.

Le magasin de deco "Manifattura Theate" fait gouter ses delices et en particulier des dragées poire-ricotta fourrées aux amandes.Tout est sensation.

La fameuse patisserie d Orazio nous propose ses croissants chauds autrichiens jusqu au au petit matin.

Menus gastronomiques, orchestres disseminés un peu partout sur de petites places pour le plus grand plaisir de tous, petits et grands, theatres, expos, musée, danses, etc......Certains s habillent avec de magnifiques vêtements d'époque. Le théâtre Marruccino nous ouvre également ses portes et fait admirer ses luminaires, ses velours,sa magnificience. Pendant une semaine, des soirées à ne pas rater. Sensualité visuelle et sensitive assurée..........

Semaine Mozartienne Chieti
Semaine Mozartienne Chieti
Semaine Mozartienne Chieti
Semaine Mozartienne Chieti
Semaine Mozartienne Chieti
Semaine Mozartienne Chieti
Publié le par Gabriella
Nos petits

Du jour où l'on a assisté aux premiers pas (grosse émotion) à la première rentrée en classe de maternelle (journée de totale détresse) à ce moment fatidique : leurs 18 ans et soi disant indépendance, nous les avons vus grandir nos poussins.

Petits, nous avions droit "aux bisous partout" suivis de leurs rires en grelots. Les histoires à raconter (Petit Ours Brun et Winnie l'Ourson -mon préféré était Porcinet) étaient précédées des bains avec les jouets de toutes les couleurs et qui étaient de grands moments de complicité.

Puis, c'est fièrement que nous nous rendions à la Fête de Fin d'Année longuement préparée.

Le premier pincement au coeur est ce fameux jour de l'entrée en 6e où l'on ne peut plus "leur donner la main" because : "Les copains nous regardent, je suis plus un bébé". Nous maugréons bien un peu mais nous les attendons à la sortie du collège en échangeant avec les autres parents. Malgré leurs 11 ans, on continue à demander : "Tu as bien mangé à la cantine ?", "Et à la récré, tu t'es fait de nouveaux potes ?" "Ton appareil dentaire te fait moins mal ?" et finalement : "Tu veux manger quoi ce soir ?"

Et voilà, déjà les petits copains qui arrivent, les fêtes, les sorties et nous les voyons encore fragiles avec leurs cartables trop lourds, les sérieux questionnements sur leur futur (dis, je prends espagnol ou allemand en 4e ?).

Bon, l'année du Bac arrive très vite. On ne s'attardera pas sur les nuits d'attente des sorties en boite de nuit, les déceptions amoureuses, les nouvelles façons de s'habiller (eh oui, ils choisissent leurs vêtements maintenant, il est loin le temps de la layette repassée avec amour).

Chaque étape est pour nous des actes d'amour et des grands moments de joie. De leurs premières dents à la première montre et puis la première guitare et la première fois chez le coiffeur (je leur coupais pourtant si bien les cheveux !). Les collections de timbres ou d'images Batman restent dans nos armoires. Les albums sont pleins à craquer de photos qui nous émeuvent. Respirons ces moments de délices où leurs corps ont cette odeur d'enfance qui suffit à notre bonheur.

Ils sont sont devenus beaux et nous sommes fiers quoiqu'ils fassent, qu'ils disent, qu'ils prévoient de vivre. Je crois que nous sommes ainsi des parents pétris d'amour et d'attention qui fait que le moment du départ est vécu comme un nid qui se vide. Ils sont devenus grands nos petits et les discussions échangées nous font découvrir des personnalités étonnantes. Je suis certaine qu'ils se souviennent de tous ces moments d'enfance, d'adolescence avec émotion et tendresse car nous sommes bien les meilleurs parents du monde ! L'amour d'une mère, c'est comme une écharpe bien chaude autour du cou un soir d'hiver, n'est-ce-pas ?

Nos petits
Nos petits
Nos petits
Nos petits
Nos petits
Nos petits
Publié le par Gabriella
Monsanto et son monde

Ma première prise de conscience qui date de 1992 (année de naissance de mon fils) a été la tristement célèbre maladie de la vache folle. Les vaches mouraient toutes et ce, dans l’Europe entière. C’était un drame pour les agriculteurs pauvrement rétribués. Ce qui me semblait évident, c’est-à-dire donner de l’herbe et du foin pour nourrir le bétail qui, jusque là broutait paisiblement en regardant les trains passer, devenait une image d Epinal. Mais, enfin qui a pu penser que donner de la farine animale (poudre de carcasses de moutons) pouvait substituer la vraie nourriture ? Le diable sans doute !…….Des centaines de personnes se nourrissant avec cette viande sont décédées de la maladie de la Maladie de Creutzfeldt-Jakob, dite maladie de la vache folle.

Mais alors si le monde n’a aucun sens, qui nous empêche d’en inventer un ?

Et voilà, que le monde changeait pour moi. J’ai fait des recherches et je suis allée d’une aberration à l’autre, de Charybde en Scylla si vous préférez. Cette nourriture impropre aux vaches atteignait les cerveaux les empêchant de marcher. Ca ne vous rappelle pas nos « Alzheimer, Parkinson et autres » ? Il est donc logique de penser que si l’on donne aux humains autre chose que ce que la nature nous offre, nos pauvres corps en souffriraient et mourraient….. Nos supermarchés nous abreuvent de produits déjà tout préparés (avec additifs, conservateurs, colorants, etc…) et nous les achetons pauvres consommateurs pressés et innocents que nous sommes ; pire nous les offrons à nos bébés (petits pots contenant de la taurine, même produit se trouvant dans le RedBull). Voici, pourquoi je vous présente la, malheureusement, trop célèbre :

Monsanto Company, entreprise américaine spécialisée dans les biotechnologies agricoles, avec pour siège Creve Coeur ( ca s invente pas un nom pareil) dans le Missouri aux États-Unis.

Fondée en 1901 par John Francis Queeny, elle fusionne avec Pharmacia en 1999 et se sépare en 2002. Légalement l'entreprise Monsanto Company n'existe que depuis 2002.

J F Queeny fonde la société Monsanto, en hommage à son épouse : Olga Mendez Monsanto (un peu de sentimentalité dans ce monde de brutes, qui l’eut cru ??).

C’est en 1918 que débute la production de l’aspirine : Monsanto en restera le premier producteur américain jusque dans les années 1980. En 1940, Monsanto devient partenaire de l'armée américaine, en effectuant des recherches sur l'uranium dans le cadre du projet Manhattan, qui vise à la construction de la première bombe atomique.

Aujourd’hui, Monsanto étend son emprise sur toute la planète. Son nouveau projet est une gigantesque usine de semences génétiquement modifiées en Argentine. Combinées à des pesticides toxiques, elles sont utilisées en monoculture: dans ces champs, rien d’autre ne pousse. Ce procédé est une plaie pour nos écosystèmes. Or aujourd’hui, l’entreprise projette de bâtir l’une des plus grandes usines de semences OGM .
Cette immense usine utilisera des produits chimiques toxiques pour fabriquer ses semences. Cela vous paraît bizarre? Les semences ne sont-elles pas issues des plantes? Pas dans le terrifiant monde selon Monsanto. Les plantes y sont génétiquement programmées pour être stériles, et la seule manière pour les agriculteurs de continuer à les cultiver est de racheter chaque année les graines Monsanto.
D'aucuns avancent que les OGM permettraient une agriculture beaucoup plus moderne. Cela pourrait être vrai un jour. Les partisans des technologies de manipulation génétique font souvent passer les profits avant le bien-être de la planète et de ses habitants.La gestion des risques en matière de santé publique devrait relever de la compétence des États mais Monsanto est très douée pour miner la démocratie. Il aurait fait un procès à Mme Obama car elle prône la culture bio.

À cause de l’agriculture industrielle et génétiquement modifiée, notre planète change de visage. Une immense entreprise contrôlera bientôt toute l’alimentation mondiale.

Dans les années 1940, Monsanto était un producteur majeur de plastique comme le polystyrène et des fibres synthétiques. C'est la première entreprise à avoir produit des LED visible en masse. Elle a aussi produit des PCB et de l'agent orange, de l'aspartame et de l'hormone bovine de croissance recombinée.

Entre 1995 et 1997, de nombreuses plantes génétiquement modifiées reçoivent les autorisations de commercialisation : la pomme de terre transgénique NewLeaf, le coton , le maïs, le soja, le colza (ces trois derniers étant résistants à l'herbicide Roundup).

Quelques prises de conscience : Lyon - C’est une grande première en France. Un particulier s’est attaqué au groupe Monsanto, et a réussi à le faire condamner pour intoxication à l’herbicide en 2004. Cela ouvre la voie à des dommages‑intérêts. L’agriculteur français, Paul François, exploite 400 hectares de céréales en Charente et avait l’habitude de traiter ses champs de maïs avec du produit Lasso, fabriqué par Monsanto. Il avait dû être hospitalisé à plusieurs reprises et avait subi de graves troubles neurologiques après avoir inhalé le produit. Mosanto a fait appel de cette condamnation.

L’ouvrier agricole Fabian Tomasi n’avait pas l’habitude d’utiliser des vêtements de protection lorsqu’il manipulait des pesticides À 47 ans, il n’est plus aujourd’hui qu’un squelette vivant. L’institutrice Andrea Druetta vit dans une ville où il est illégal d’épandre des pesticides à moins de 500 mètres des habitations, et pourtant, il y a du soja planté jusqu’à 30 m de son domicile ; récemment, ses garçons furent arrosés de produits chimiques alors qu’ils se baignaient dans la piscine derrière la maison. Les recherches menées par Sofia Gatica pour comprendre la mort de son nouveau né suite à des troubles rénaux a conduit l’an dernier à la première enquête en Argentine sur les épandages illégaux. 80% des enfants en observation dans son voisinage portent des traces de pesticides dans leur sang.

Vous avez tous vu, en 2000, le film avec Julia Roberts « Erin Brockovich, seule contre tous » , il vous a touché et vous avez tous compris comment on peut tuer les gens à petit feu.

Le combat est énorme, il continuera encore pour éviter de laisser une planète morte à nos enfants !

Les recherches scientifiques effectuées sur ces souris montrent les tumeurs suite à l'ingestion de produits OGM
Les recherches scientifiques effectuées sur ces souris montrent les tumeurs suite à l'ingestion de produits OGM
Les recherches scientifiques effectuées sur ces souris montrent les tumeurs suite à l'ingestion de produits OGM
Les recherches scientifiques effectuées sur ces souris montrent les tumeurs suite à l'ingestion de produits OGM
Les recherches scientifiques effectuées sur ces souris montrent les tumeurs suite à l'ingestion de produits OGM
Les recherches scientifiques effectuées sur ces souris montrent les tumeurs suite à l'ingestion de produits OGM
Les recherches scientifiques effectuées sur ces souris montrent les tumeurs suite à l'ingestion de produits OGM
Les recherches scientifiques effectuées sur ces souris montrent les tumeurs suite à l'ingestion de produits OGM

Les recherches scientifiques effectuées sur ces souris montrent les tumeurs suite à l'ingestion de produits OGM

Publié le par Gabriella
Mozart, l'hommage italien

Cette année encore et ce, depuis 16 ans déjà, la ville de Chieti en Abruzzo rend un juste hommage à Mozart. Une semaine durant, la ville chargée d'histoire se met à l'heure de Salzbourg avec costumes d'époque, ballets, concerts, opéras, théatres et chaque vitrine de magasins se met à l'honneur pour faire revivre l'époque du génie musical.

Le "Requiem" a été donné en l'église de S.Giustino. Vous imaginez la vive émotion ainsi qu'à la "déclaration théatrale de Maria Anna" (la soeur ainée) qui pleure sa tristesse de voir son virtuose de frère s'éloigner de Salzbourg la laissant seule (pourtant elle aussi très talentueuse mais c'est une fille).

Ce sont des moments magiques et féériques que nous offrent le maire Umberto di Primio ainsi que le directeur du thèatre Marrucino Ettore Pellegrino. Cet évènement culturel et musical est attendu de tous et c'est avec bonheur que touristes et habitants de la ville et des environs profitent de ces soirées estivales. Vive la Settimana Mozartiana !

Mozart, l'hommage italien
Mozart, l'hommage italien
Mozart, l'hommage italien
Mozart, l'hommage italien
Mozart, l'hommage italien
Mozart, l'hommage italien
Mozart, l'hommage italien
Mozart, l'hommage italien
Publié le par Gabriella
PIERRE RABHI : poète paysan

Quelle planète laisserons-nous à nos enfants ? Quels enfants laisserons-nous à la planète ?

Pierre Rabhi a 75 ans et défend un mode de société respectueux de l'homme et de la terre.

Lorsque j'ai découvert Pierre Rabhi, je l'ai écouté et naturellement adhéré à son monde. Ses pensées limpides, ses solutions évidentes m'ont conquise.

Lorsqu'il entre dans la vie active , en France, il devient ouvrier et très vite, ne peut se résoudre à vivre pour un salaire :"On entre dans une boîte pour y travailler du matin au soir, on monte dans sa caisse pour conduire, on va en boîte pour se divertir et pour finir dans une caisse à la fin de sa vie". Ce n'est pas cette constatation qui le rend heureux mais elle l'emmène en Ardèche dans une ferme dans les années 60 alors que les campagnes se vident. Pendant que s'enchaine un monde frénétique où entrent dans les foyers télévision, frigo, téléphone, ordinateur, etc.... il prône la simplicité : aller à l'essentiel. Enrichir la terre et consommer selon ses besoins.

Lors de ses apparitions en public, il a coutume de raconter la légende du colibri, légende amérindienne dont il tirera le nom pour créer son mouvement des Colibris

"Un jour il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s'activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire lui dit :"Colibri, tu es fou, ce n'est pas avec ces gouttes d'eau que tu vas éteindre le feu !" Et le colibri lui répondit : "Je le sais mais je fais ma part"

Il dit encore : "On voit s'ériger des générations d'enfants qui, faute d'un éveil à la vie, sont réduits à n'être que des consommateurs insatiables, blasés et tristes".

Ecoutez-le de sa voix calme et posée, serein il nous explique sa solution : la décroissance.

Alors, resterons-nous impuissants à assister à notre propre déchéance, à avaler des tonnes de poisons pour enrichir quelqu'uns au détriment de la santé de nos enfants, respirer un air malsain et vivre une vie qui ne ressemble à rien sans le contact avec la nature ? il peut en être autrement..

PIERRE RABHI : poète paysanPIERRE RABHI : poète paysan
Publié le par Gabriella
Les blogs des deux Marie

Dans le mode de la blogosphère, il y a des blogs que j’aime lire au quotidien. Beaucoup de sujets sont abordés : photo (salut mon Logan), cuisine, mode, frivolités, décoration, écologie, scrap (biz à Anaïs de mon cœur), etc….. et certains font partie de mes favoris pour diverses raisons. Parfois, la personnalité de l’auteur, l’originalité de son écriture, une rare sensibilité et pour mon plus grand plaisir, beaucoup d’auteurs masculins se mettent à l’écriture pour discuter sexe, couple, intimité (super non ?). Je pourrais en parler longuement mais je suppose que vous utilisez internet autant que moi et que vous n’avez besoin d’aucun conseil. Toutefois, j’aimerais mettre en avant deux fortes personnalités qui écrivent sur le couple, la vie et tout ce qui va avec…

Il y a Marie May Laborie qui poste « astuces pour être heureux en couple et ….heureux tout court ». Son blog s’appelle « L’objet de mon désespoir ». Voici ce que nous pouvons lire de ses pensées :

"En ce moment, portée par pas mal de « rebondissements », je me rends compte à quel point il est difficile de dissocier ce qui est de soi, ce qui est de l’autre et ce qui n’appartient à personne, ce qui n’est qu’imagination, projections et autres joyeusetés de ce genre. Et au milieu de ce mélange d’émotions, de pensées, d’actes, une chose importante – me semble-t-il- m’est apparu. Ce qui fait souffrir, en fait, ce n’est pas les actes, les paroles, les pensées, c’est ce que nous « voulons ». Plus précisément, ce qui fait mal, c’est « ce que nous voulons » et qui est « contrarié ». Ce que nous estimons être juste, ce que nous croyons mériter, ce que nous pensons devoir attendre de l’autre. Un peu comme si ce que nous étions intrinsèquement, était en danger si ce que nous voulons était contrarié. Un truc du genre, « tu as deux bonbons, il est normal que tu m’en donnes un, ne serait-ce qu’en mémoire de notre amitié qui dure quand même depuis 20 ans, le partage, c’est la base du respect ». Dans ce mélange d’injonctions, j’ai trouvé plusieurs « catégories », peut-être en aurez-vous d’autres… Finalement, nous jugeons notre valeur en fonction de la façon dont les autres suivent ce que nous « voulons »."........

Marie Da Cruz a un autre style, bien à elle. Fille du Sud, on sent la force de se battre, de vouloir en découdre et d’aimer la vie même si celle-ci n’a pas toujours été tendre. Son blog s’appelle « Mon blog est un roman » -le blog optimiste qui rend heureux-. Vous y trouverez des tas d’astuces sur le couple et elle décortique les sentiments avec intelligence : la jalousie, l’infidélité, la solitude mais aussi comme passer une journée sympa en regardant le temps passer et rire. Voici un extrait de son écriture :

« Etre en couple, après avoir enfin trouvé sa moitié, est le but de chacun de nous, cela n'en est pas moins difficile à gérer et donc à vivre au quotidien !S'adapter à l'autre, faire des concessions, aimer et accepter l'autre tel qu'il est, nécessite beaucoup d'efforts, pour qu'un couple puisse survivre. C'est un travail de tous les jours.Un point très important néanmoins, voire essentiel, dans tout cela : les disputes ! On le sait, tout le monde y passe, même les personnes les plus pacifistes. Certains couples en font même une habitude, un jeu ; d'autres au contraire, voient dans ces conflits le début de la fin. Voici quelques conseils pour apprendre à bien vous disputer ...............".

Un autre thème, cher à toutes ces midinettes frivoles que nous sommes :" L’éternelle jeunesse, tout le monde en rêve :

Ces lignes sur notre visage, ces mollesses dans la peau, les seins qui piquent du nez… Et bien, figurez-vous que tout cela ne nous dérange pas forcément, au contraire, nous serions plutôt des intolérants du miroir ! Tout ne serait que dans notre tête, alors ? Essayons d'en savoir plus."

Vous l’avez compris, elle a du talent et ses conseils sont toujours empreint de sagesse et de bienveillance. Vous pourrez trouvez ses e-books sur Amazon. A vous de vous baladez sur le net et lire au gré de vos envies.

Et à bientôt sur mon blog aussi les gogos !

Allez pour la route, une video de Jacques Salomé qui nous parle d'amour, écoutez ca vaut la peine...

Les blogs des deux Marie
Les blogs des deux Marie
Publié le par Gabriella
Lettre à mon fils

Pour tes premiers pas vers la vie d’adulte, je te dédie ces mots. J’avais déjà écrit quelques gribouilles lorsque tu étais petit : tes premiers pas, tes premiers mots et mon émerveillement pour toi bien souvent. Aujourd’hui, j’ai envie de t’écrire car te parler me ferait verser quelques larmes d’émotion.

Te dire que depuis que tu es né, j’imaginais ce jour où, plus grand que moi, tu serais si beau à mes côtés. J’imaginais ta vie dans ton regard bleu. Et voilà que tu es devenu ce jeune homme qui suit son chemin et même si je dois te lâcher peu à peu la main, tu sais que je serais toujours là pour toi.

Je souhaiterais, bien sûr, en tant que maman, écarter les soucis que tu rencontreras et t’aider à avancer sans trop d’égratignures, te couver encore comme un poussin et te montrer la route si tu te sens un peu perdu...

Mais, surtout, apprends à être libre de penser et d’agir sans trop t’occuper de l’avis des autres.

Etre maître de sa vie, c’est la vraie liberté.

Apprends à aimer tes qualités qui sont nombreuses, des capacités tu en as beaucoup tu le sais, fais-toi confiance et ne doute pas de tes choix.

Puise ta force en notre amour qui t’entoure et ainsi tu sauras que tout ce qui peut être imaginé devient réalité.

Lettre à mon fils
Lettre à mon fils
Lettre à mon fils
Lettre à mon fils
Lettre à mon fils
Lettre à mon fils
Lettre à mon fils
Publié le par Gabriella
C'est la fin de l'été

C'est une sensation de nostalgie banale que l'on ressent chaque année en fin de saison mais l'entrée de l'automne est quelque chose de particulier.

En fin d'apres-midi, je suis allée me promener sur la plage. J'aurais du mettre mon maillot de bain car l'envie de me baigner m'a poussée dans l'eau si douce, si pure.... Il faisait encore 30°. Du bonheur. Presque personne sur la plage seulement les maitres sauveteurs démontant leur fort en bois et dans les bars, ceux qui rangeaient parasols et chaises longues. Ainsi, à la mi-septembre, à part quelques rateaux colorés sur des chateaux de sable, des ballons oubliés, plus rien ne rappelle ces brulantes journées de bronzage sur la plage où tous les fidèles vacanciers se retrouvent chaque été. Ils se racontent leur vie, jouant aux cartes, dégustent les pastèques et parlent des enfants qui grandissent.

Aujourd'hui, le ciel ètait plus bleu que la mer et la lumière étincelante. Immense beauté ! Que j'aime cette saison, que j'aime le soleil brulant et cette vie qui pétille plus fort qu'en hiver. Les beaux jours sont ceux qui nous font vivre à peine vetus avec l'envie de danser et de bronzer.

Et vous, votre saison préférée est-elle aussi celle des melons et des peches, de la neige et cheminée feu de bois ou celle des feuilles mortes ?

C'est la fin de l'été
C'est la fin de l'été
Publié le par Gabriella
Couleur fluo d'été

Cela ne vous a pas échappé, les filles, cet été est fluo. Tee-shirts jaune, rose, bleu, sandales, sacs, tout est fluo. C'est décidé, même si j'aime, je n'achète pas car c est trop éphémère, cette folie dure 2 mois et l'été prochain la tendance sera tout autre.

Mais, j'ai succombé au vernis. C'est trop beau. Un ongle corail, l autre émeraude, ca sent bon les vacances, la mer, le sable chaud et les glaces à l'eau. J'ai eu beaucoup de mal à trouver un jaune qui tienne la route. J'avoue que j'ai dû en acheter deux avant d'abandonner, il ne tient pas trop le jaune. Par contre, les autres sont très bien.

Voilà, j'ai mis le vert Emeraude de l'Oréal (oui moi aussi je le vaux bien) et le jaune de Bourjois (sec en 1 seconde mais ne les croyez pas, il faut 2 mns). N'hésitez pas à mettre 2 voire 3 couches de vernis. Voilà en photos le résultat (il manque une bonne couche encore). Un peu d'indulgence pour les photos qui ne rendent pas grâce à la réalité, j ai juste un appareil de base.

NB : Billet non sponsorisé. En effet mon blog n'est pas encore célèbre mais il ne tient qu'à vous

Couleur fluo d'été
Couleur fluo d'été
Publié le par Gabriella
Parenthèse enchantée

Arrive la belle période de Noël et c’est l’ambiance qu’on aime…... Les vitrines des magasins sont magiques par leur beauté : les poupées animées, les couleurs sont chaudes et les guirlandes lumineuses. De la lumière partout. On a envie de châtaignes grillées au coin d’un feu de bois. Enfin, une pause douceur, un bain chaud où l’on peut s’abandonner.

Et si l’on profitait de cette parenthèse pour penser un peu à nous ? Nous pouvons être tendre envers nous-mêmes, envers ce corps qui nous porte depuis si longtemps et à qui nous demandons sans cesse de ne pas lâcher (nous avons toujours de bonnes raisons de le forcer). Sachons être tendre avec nous- même sans devoir aller à l’encontre de notre vraie personnalité, sans se presser, prendre finalement son temps et réussir à ne rien faire de « productif ». Aller à l’essentiel sans penser qu’il faudrait donner quelque chose en retour, nos désirs ont le droit d’être réalisés. Nous pouvons refuser d’être conformes car la vie n’est pas une lutte mais, souhaitons-le, aussi un bercement.

La bonne résolution de 2014 pourrait être de regarder à l’intérieur de nous. Nous pouvons laisser tomber le masque que nous impose la société, ses contraintes à tout va, ses rythmes et respirations. Acceptons les mains tendues, nous qui avons tant l’habitude de nous battre. La douceur n’est pas seulement dans les chocolats que l’on nous propose de déguster en cette période, ni dans le champagne pétillant mais bien en la bulle que nous saurons créer, faite d’acceptation de soi et tolérance. Nous entendons parler, à longueur de journée, de manque de confiance en soi, de crise, d’angoisses de perdre le peu que nous avons. Je sais bien que nous ne sommes pas dans le monde de Disney mais si on arrêtait de s’inquiéter un peu et de changer le rythme infernal, nous ne en porterions que mieux et gagnerions en paix intérieure.

A toi qui as toujours regardé, à mes côtés, les dessins animés assise tranquillement sur ton petit fauteuil en peluche, à toi qui avais toujours ses cadeaux de Noël avec un jour d’avance et à toi le grand cerf qui patiente, écoutez tranquillement……….

Publié le par Gabriella
Asturias d'ALBENIZ

Merci à Valeria Bruni Tedeschi d'avoir choisi ce magnifique morceau interprété au piano pour son film "Un chateau en Italie".

Cette musique est comme la vie, elle court, elle saute, nous émerveille toujours, nous surprend, c'est allegro puis pianissimo pour mieux nous faire vibrer. L'interprétation au piano est superbe mais on l'écoute aussi à la guitare, choississez celle que vous préférez ou simplement écoutez les deux, en cette fin de septembre on ne se chouchoute jamais trop.

Publié le par Gabriella
TIMBUKTU

TIMBUKTU ou « le chagrin des oiseaux » film d’ABDERRAHMANE SISSAKO -2014-

Né d’un père malien et d’une mère mauritanienne, Abderrahmane Sissako est confronté très vite à l’exil puisque sa famille décide de quitter la Mauritanie pour s'installer dans la ville natale de son père, Bamako au Mali.

Il y effectue ses études puis, après un bref retour en Mauritanie où il côtoie le centre culturel russe, il décide de quitter le continent africain pour le monde occidental. Il s’installe alors à Moscou, en 1983, où il intègre le VGIK, l’Institut Fédéral d’État du Cinéma.

Environ 7 films plus tard, il présente son dernier long métrage cette année au Festival de Cannes : Timbuktu.

« Non loin de Tombouctou tombée sous le joug des extrémistes religieux, Kidane mène une vie simple et paisible dans les dunes, entouré de sa femme Satima, sa fille Toya et de Issan, son petit berger âgé de 12 ans.

En ville, les habitants subissent, impuissants, le régime de terreur des djihadistes qui ont pris en otage leur foi. Fini la musique et les rires, les cigarettes et même le football… Les femmes sont devenues des ombres qui tentent de résister avec dignité. Des tribunaux improvisés rendent chaque jour leurs sentences absurdes et tragiques. Kidane et les siens semblent un temps épargnés par le chaos de Tombouctou. Mais leur destin bascule le jour où Kidane tue accidentellement Amadou le pêcheur qui s'en est pris à “GPS” sa vache préférée. Il doit alors faire face aux nouvelles lois de ces occupants venus d’ailleurs… »

C'est un film de vérité, de combat, de dignité face à l’absurde s’il est possible et aussi de poésie….Abderrahmane est choqué après avoir assisté, en 2012, à la lapidation d’un jeune couple sur la place publique. Personne n’a osé intervenir. Son unique faute ? Avoir eu des enfants hors mariage.

Ce film sort actuellement dans de petites salles (Métropole à Lille) Courrez-y. Je vous propose de regarder la bande-annonce et d'écouter la magnifique chanson du film interprétée par Fatoumata Diawara.

Que vive la liberté, partout dans le monde et dans le cœur de tous les hommes.

Publié le par Gabriella
Oyez les années yéyé 67/70

Nostalgie quand tu nous tiens ! Deux énormes succès à écouter avec enthousiasme, succès d'hier et d'aujourd'hui, quasi intemporels.

Le groupe BOX TOPS avec "Letter" : C'est un groupe de musique pop américain de la fin des années 1960. Groupe connu de tous grâce à la chanson "Letter". Le chanteur (aujourd'hui décédé) Alex Chilton est alors âgé de 16 ans. Sa bouille est émouvante dans la video, un peu paumée. Ce morceau a été repris par Joe Cocker, The Wailers, ......

Et...

Shocking Blue, groupe rock néerlandais rendu célèbre par la chanson "Vénus", reprise plus tard par le groupe Bananarama.

Il se distinguait par un son innovant pour l'époque, par les capacités de showman du guitariste Robbie van Leeuwen et la voix de la chanteuse Mariska Veres.

Le groupe fut formé en 1967 par Robbie van Leeuwen. La chanson occupa la première place des ventes en Belgique, en France, en Italie, en Espagne et en Allemagne, avant de décrocher la première place aux États-Unis en 1970.

Après quelques autres succès qui n'atteignirent pas la renommée mondiale, le groupe fut dissous en 1974.

Bonne écoute et allons danser.....

Publié le par Gabriella

AMOUR ET TURBULENCES - Film d'Alexandre Castagnetti - 2013

Je suis une inconditionnelle de Nicolas ! Ses yeux, sa bouche, ses gestes et SON arrogance. J'aimais déjà le père alors vous pensez bien qu avec ce fils qui lui ressemble tant, j'ai vite accroché. Il a ce regard qui vous déshabille de suite, langoureux et languissant (ouf). Je sais, ca marche si on est jolie, moi j'ai juste l'âge de plaire au papa.... Je l'adore quand même Nicolas ! Mais, non, je ne parle pas de Nicolas Sarkozy mais bien de Nicolas Bedos. Il est bien plus grand, plus beau et plus séducteur que notre ancien président.

C'est dire que je suis allée ventre à terre le voir au cinéma dans ce film alléchant où il donne la réplique à Ludivine Saignier. L'histoire est bien à la hauteur de nos espérances. Amour comme dans la vie, avec ses déceptions et rebondissements. Pas une minute d'ennui ou de baillements et toujours plein de fraîcheur. Ne comptez pas sur moi pour vous raconter la fin, ni le début d'ailleurs car ce film va et vient, on voyage du passé au présent et puis bougez-vous, allez au cinoche, l'histoire est belle........ même mon gamin de 20 ans l'a appréciée, alors.....

"Je préfère passer ma vie à avoir peur à ses côtés que d'être tranquille avec toi" - "Toutes celles qui étaient là avant étaient des brouillons pour arriver jusqu'à toi"

AMOUR ET TURBULENCES
Publié le par Gabriella

J'ai toujours aimé le folklore breton si riche en rythmes, instruments, légendes. Sur les airs de Tri Yann, Alan Stivell, Gilles Servat et d'autres groupes moins connus, j'ai appris à danser leurs bourrées, andro, branles car j'aime l'ambiance des fest-noz en plein air.... Nolwenn Leroy reprend cette musique mêlée de mystère celte et la remet au goût du jour pour y entraîner les jeunes qui la boudait, écoutez-la et entrez dans la ronde ! Bon dimanche musical à tous...

FOLK BRETON
Publié le par Gabriella

Davide Esposito est un auteur, compositeur et interprète italien.

Né à Naples, il a grandi dans les années 1980 en écoutant Lucio Dalla et Lucio Battisti. Il a appris le piano enfant et, depuis, la musique est devenue sa plus grande passion. En 2015, il sort "Roma California" un album de reprises de chansons californiennes traduites en italien dont celle du groupe America qu'il a intitulée "A cavallo del vento".

Mais, peut-être préférez-vous l'original : "A horse with no name" qui est bien meilleur à mon goût, la guitare est si présente et le style original des années 1970. A vous de choisir...

Publié le par Gabriella
A l'approche de la St Valentin

Alors que je m’apprêtais, comme promis, à écrire ce texte tant attendu concernant « le laitage et ses mensonges » (alimentation saine je te veux), un des amis de ma fille me demande : « Pourquoi dans ton blog tu ne parles jamais sexe ? » ….. Ah, ben oui pourquoi donc ? me demandai-je ? J’ai, certes, commencé ce blog pour parler littérature, cinéma et autres (et même d’amour) mais pourquoi pas sexe . Je fais partie de celles qui préfèrent le pratiquer plutôt que d’en parler et je ne suis pas plus coincée qu’une autre. Et puis, mes enfants me lisent, non mais je ne vais pas les traumatiser quand même !!

Seulement, qu’en dire ? Je ne vais pas « m’étendre » sur les diverses positions (vous les connaissez mieux que moi). On a tous nos préférences, au lit ou ailleurs –j’ai fait une liste, avec une amie, des divers endroits où nous avons pratiqué avec nos partenaires et c’est génial ces discussions entre filles). Je ne reviens pas non plus sur l’orgasme vaginal ou clitoridien.

Faire l’amour, c’est d’abord du désir qui envahit le corps et l’âme au simple contact de l’autre. Le baiser et les caresses sont indispensables mais également les mots. Mais parlons d’une pratique qui n’est pas aussi simple que l’on pourrait le croire puisqu’il commence à y avoir des cours et stages un peu partout. Nous parlons du plaisir de ces Messieurs (il paraît qu’ils aiment çà).... Il s’agit de la fellation.

Ce n’est pas si facile, il faut savoir contenter le mâle, mesdames. Les questions fusent : " Est-ce que la main descend trop bas et tire sur le frein, les dents gênent-elles ? Le plaisir mêlé de crainte à l’idée de faire mal, la cadence trop rapide ou peut-être trop lente, les doigts qui serrent trop fort, l’incertitude quant aux résultats." On peut toujours rêver de la pipe parfaite. Fabio Volo a cette expression pleine de bon sens et finalement bien pratique : « Tiens- là comme si tu tenais un canari, pas trop serré pour ne pas l’étouffer mais pas trop lâche pour ne pas le laisser s’envoler ». Voilà, il ne reste plus qu’à y aller. Mais il paraît que la bonne pipe, c’est quand au final la femme bien aimée et adorée avale le sperme (paroles de mecs) !

Moi je vous dirais simplement, laissez-vous aller à faire ce que vous aimez mais renseignez-vous aussi sur ce que l’autre aimerait qu’on lui fasse, soyez à l'écoute, c'est essentiel .

Si vous aimez ce type d’article, faites-le moi savoir, j’essaierais de vous parler du fait que faire l’amour (même si on est fatigué), c’est très bon pour la santé mais c'est avant tout la communion de deux êtres qui s'aiment !

A l'approche de la St Valentin
A l'approche de la St Valentin
A l'approche de la St Valentin
A l'approche de la St Valentin
Publié le par Gabriella
Normes Européennes !??

Je suis à l’écoute de mon émission radiophonique préférée du samedi après-midi , lorsque je sursaute à l’annonce de ce qui me semble être une aberration.

En effet, ILS ont décidé en HAUT LIEU , j’ai nommé « les spécialistes européens » qu’un animal en cage pouvait bénéficier d’un espace de 42 kg/m2. Expliquons-nous : une poule pesant au maximum 2 kgs (je pencherai plutôt pour 1.5 kg) doit cohabiter avec 21 collègues sur son mètre carré. C’est grotesque : 20 à 25 poules ayant si peu d’espace ! Soit elles meurent étouffées, soit elles deviennent agressives et mangent ses propres amies mais le stress est certain et inévitable. Normes européennes, ils ont dit !!! Ils étaient bourrés ou drogués lorsqu’ils ont pris cette décision, en tout cas ils n’ont jamais mis un pied dans une ferme . L’éleveur est dans son droit s’il suit la législation ou devient un bienfaiteur de l’humanité s’il laisse plus d’air à ses poules, il peut vendre sa bête plus cher….

Mais, regardons un peu ailleurs. Les porcs par exemple…

« Nous visitons un élevage dans le Sud : on avait beau s'y préparer, le saisissement est vif. L'odeur, puissante et nauséabonde, bien sûr. Le bruit, assourdissant, aussi – un grondement continu de grognements. Mais surtout, la vue : des rangées de cages, à l'intérieur desquelles sont parquées 150 truies, sortant seulement le groin pour s'abreuver dans l'auge. » Voici ce qui se passe dans 95 % des cas dans un élevage de cochons confiné à l'intérieur de bâtiments et divisé en espaces exigus et individuels.

Pourquoi nos cochons ne vivent plus en plein air dans la boue avec ses petits autour d’elle ? Rendement. "Les porcs sont des animaux très sociaux qui restent en groupe dans la nature. En cage, les truies s'ennuient et sont stressées, ce qu'elles traduisent par des stéréotypies, comme mâchonner les barreaux." Et nous mangeons cette viande bourrée d’antibiotiques…..

Bon pour notre santé ?

Revenons à nos poules, bien souvent pondeuses.

« Les cages de batterie sont si petites que les poules ne peuvent ouvrir leurs ailes et à peine marcher ou se retourner. Chacune d’entre elles passe son existence sur une surface utilisable équivalente à une feuille de papier A4. Le manque d’exercice physique s’ajoute à la forte productivité en œufs et provoque un affaiblissement des os qui conduit beaucoup de poules à souffrir de fractures. Elles endurent en outre des privations comportementales car elles ne peuvent se livrer à leurs activités innées : établir un nid, prendre des bains de poussière, se percher, fouiller le sol avec leurs pattes… Dans ces conditions, elles exagèrent compulsivement les mouvements de la tête et de sur-place.
Par ailleurs, le sol des cages accuse une inclinaison afin que les œufs roulent à l’extérieur dès la ponte. Nous n’aborderons pas aujourd’hui le scandale des poussins broyés, de l’abattage et des conditions sanitaires qui font souffrir inutilement des êtres vivants. Le gavage, les mutilations, les inséminations à outrance et les petits enlevés à leurs mères. Cette maltraitance animale est-elle utile ? C’est honteux !

L’élevage intensif, quelque soit l’animal, est une hérésie. Personne n’y gagne rien. Le consommateur ne mange pas une viande de qualité qui nous apporterait les protéines nécessaires à notre vitalité, l’éleveur doit vendre sa bête à un moindre coût selon la législation. Mais, nous pouvons nous tourner vers le bio. Ben voilà, j’ai acheté hier un poulet bio : 90 jours de vie, alimentation végétale et vie en « plein air ». Je l’ai découpé en morceaux et je constate que les cartilages sont inexistants (ce qui prouve son inactivité), les os sont tous friables. Pourquoi nous dit-on que cet animal est bio ? Je pense qu’ en effet certaines règles ont été respectées mais loin de pouvoir le comparer à un animal vivant en pleine liberté selon son espèce. Vigilance reste de rigueur, un label vaut peu, sauf à vendre plus cher. Il suffit de donner un peu plus d’air, d’espace, de nourriture moins polluée et voilà un label apposé.

Je dirais donc, en conclusion, que nous gagnerions à acheter chez nos producteurs locaux qui sont nombreux si nous acceptons de bouger un peu. Eloignons-nous de la ville et de nombreux panneaux écrits à la craie nous indiquent que nous pouvons acheter œufs frais, gibiers ou poules, légumes et fruits à foison. La nature en abondance à moindre prix. Prenons donc le maquis ….

Normes Européennes !??
Normes Européennes !??
Normes Européennes !??
Normes Européennes !??
Publié le par Gabriella
FESTIVAL DE CANNES 2013 : fête du cinéma et du strass et paillettes…….

Notre beau Léonardo di Caprio ouvre le bal avec son film : Gatsby le Magnifique. On ne présente plus Léo, on le connaît depuis plus de 20 ans. Il a évolué notre ado aux yeux bleus. J’ai adoré sa prestance dans « Roméo et Juliette » et depuis je suis fan. Son jeu d’acteur mûrit en même temps que lui.

Celle qui est la maîtresse de cérémonie de ce 66e festival, c est notre Amélie Poulain, l’ange Audrey Tautou avec son cœur qui bat si fort à la fin de son discours d’ouverture. Avec Steven Spielberg, le président, on suivra cette belle semaine de cinéma à Cannes (du 15 au 26 mai), ne serait-ce que pour voir les jolies robes de stars, les montées de marche du célèbre escalier au tapis rouge. Parmi le jury, Daniel Auteuil le talentueux, le génial qui sait tout jouer, de la comédie au drame depuis 40 ans. Le festival de Cannes c’ est du régal pour les yeux, du champagne à gogo et des films à voir.

Vive le cinéma. Cannes est la fête du glamour, notre Festival si envié par le monde entier qui s’y rend chaque année…..

FESTIVAL DE CANNES 2013 : fête du cinéma et du strass et paillettes…….FESTIVAL DE CANNES 2013 : fête du cinéma et du strass et paillettes…….
Publié le par Gabriella

 

 

UN JOUR DU MOIS DE MAI

Il y a un jour tout particulier dans la vie d’une femme.

Il y a ce jour où elle sait qu’elle a en elle un petit être, minuscule, qu’elle abrite et qui va s’épanouir. Il y a ce jour où la joie l’envahit et elle se dit : « Quel bonheur ! ». Alors elle s’imagine, en préparant la layette, la frimousse qui va poindre…… Moi, je savais que c’était une petite fille. Je la pensais déjà : yeux bleus, chevelue et très belle. La plus belle, c est sûr. Plus exquis moments n’existaient pas.

Lorsqu’après des heures de : « Allez-y, madame, soufflez, je pense que pour midi elle sera là ! » dixit la sage-femme. « Ah, bon mais quelle heure est-il ? » demandai-je haletante. « Tout juste sept heures » . Non, encore une contraction !! Et lorsque le gynécologue me l’a montrée, j’ai à peine eu la force de lever la tête pour la découvrir… Là, le film s’est arrêté. Nos regards se sont croisés.

Quel regard ! Les yeux grands ouverts, elle me fixait. J’étais étonnée. Un regard pareil pour un nouveau-né ? Elle me parlait. Pas de doute, on se connaissait. Elle a pris le sein et déjà on ne faisait qu’Une. Le soleil a inondé mes jours malgré les courtes nuits, la fatigue, les biberons à préparer… Ce fut le début de notre vie ensemble. On s’en est raconté des histoires, surtout en se baladant. Un bonheur, un chagrin ? On partage. Lorsque je l’entends rire, je sais ce que veut dire le mot « complicité ». Voilà ce jour où je suis devenue mère et qui est un bonheur indescriptible.

Il est un jour du mois de mai où son regard a changé ma vie.

 

 

 

Nous deux, 30 ans déjà ! Lettre à ma fille....
Nous deux, 30 ans déjà ! Lettre à ma fille....
Nous deux, 30 ans déjà ! Lettre à ma fille....
Publié le par Gabriella
DOLCE VITA

Je vous écris de ce pays où la dolce vità sévit encore malgre la crise d'où le désir de vous faire part de mon ressenti et vous parler de l Italie.

Il s agit avant tout de fermer les yeux et d'humer les parfums de la vie : odeurs de soleil, oiseaux qui chantent leurs plaisirs, klaxons de voitures pressées, petites cuillères posées sur la tasse d'un café très serré, la chaleur d'un "ciao" crié a la volée à un ami, la promesse de ce plat de spaghettis sauce tomate basilic,,,,!

Et maintenant, ouvrez les yeux : le soleil inonde les rues pavées de marbre, les bars sont emplis de buveurs de capuccino, les maçons chantent en maniant la truelle. les balcons montrent des draps qui sèchent, les poivrons rouges s'empilent sur les étals et le bleu de la mer se fond à la couleur du ciel.

Pour vivre pleinement ici, ne soyez nullement pressé, perdez-vous dans les ruelles quelle que soit la ville où vous vous promenez. Entrez dans les petites boutiques, vous y trouverez certainement des trésors à bas prix. Et si vous arretez un passant, il sera ravi de bavarder avec vous, rien ne presse un italien qu'on aborde avec un sourire. Meme sa maitresse attendra un peu..... Ici, les délices de la vie se savourent à petites gorgées.

Ici et ailleurs..... longuement, délicatement, sensuellement !

DOLCE VITA
DOLCE VITA
Publié le par Gabriella
Anéantie ...

Où va notre monde ? 100 jeunes morts au Bataclan et 100 autres dans Paris. La ville bloquée, l armée en alerte et les frontières fermées ? Ca ressemble à un état de guerre. Je suis effrayée pour nos jeunes et je pense aux parents qui attendaient leurs enfants après le concert, quelle tristesse. Une lassitude et un écoeurement, tant de vies gâchées et un désespoir qui va en gagner beaucoup d'entre nous.

Anéantie ...
Anéantie ...
Publié le par Gabriella
LA  RENTREE

Dans environ 15 jours, c est la rentrée des classes. Pour beaucoup, c'est avec la boule au ventre qu'ils envisagent LE jour de la rentrée. Angoisses depuis la veille, questionnements, peur de ne pas y arriver. Et pour les parents idem, on stresse bien souvent avec eux.

Lorsque je demande à mon fils (qui redouble sa 1ère année BTS) s'il est content de retourner en cours, il me répond : "Pourquoi je serais content, je suis obligé d'y aller"... J'aimerais plutot que de se sentir dans l'obligation de suivre des cours, il soit heureux de s'instruire. L'esprit de curiosité devrait l'emporter sur le système scolaire actuel qui ne rend pas l'enfant ou l'ado "libre" d'apprendre selon son rythme. Il est vrai que rares sont les enseignants soucieux des besoins de l'élève. Le système scolaire n'est pas adapté "au cas par cas". Il y a tout simplement "un programme à suivre" pour l'année scolaire. Tant pis si un tel est à la traine et l'autre est en avance.

A-t-on déjà appris une langue à un bébé ? Et pourtant, bien souvent l'enfant parle à 3 ans sans aucun enseignement spécifique.

Les écoles Montessori ou autre qui ne suivent pas le parcours traditionnel de notes, programmes et examens forment des jeunes souvent mieux préparés à la vie.

Si mon fils n'a plus le désir de s'asseoir sur une chaise de classe et écouter des informations puis etre déçu de ses notes, se sentir frustré, je pense qu'il pourrait s'ouvrir à d'autres voies de formation. Etre sur le terrain, c'est parfois la meilleure façon d'apprendre. Envisageons des ateliers pour nos ados en souffrance scolaire, donnons-leur des possibilités d'évoluer avec bonheur. Ecoutons-les plutot que les obliger. La bienveillance porte souvent ses fruits. N'est-ce pas à nous parents de contribuer à faire épanouir le meilleur d'eux- memes.

Publié le par Gabriella
ATTILA MARCEL

Sort demain le très attendu film de Sylvain Chomet, Réalisateur des Triplettes de Belleville et de L'Illusionniste. Sylvain Chomet a choisi avec Attila Marcel de passer de l'animation à la prise de vue réelle. D'une technique à l'autre, son imagination fertile ne se tarit pas, et Attila Marcel fourmille d'idées.

Guillaume Gouix qui joue le rôle principal est un acteur qui colle à son personnage, il joue comme il vit. Ses tantes qui sont Hélène Vincent et Bernadette Lafont (malheureusement décédée cet été, merveilleuse et lumineuse dans tous ses films) s’occupent de Paul depuis la mort de ses parents (il avait 2 ans). Paul est muet et secret mais arrive Madame Proust et ses légumes qui trouve la clé pour le ramener à la vie. Une belle histoire accompagnée de musique (les tantes étant pianistes). Couleur, ambiance, tout est réalisé pour nous ravir. La critique est mitigée mais la bande-annonce me plait beaucoup, allez le voir, à mon avis vous passerez un bon moment. On n'est jamais déçu de l'univers de Chomet.....

LA LISEUSE DE VILLAMAGNA

Littérature, Cinema, coups de gueule ou de coeur

Articles récents

Hébergé par Overblog