Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA LISEUSE DE VILLAMAGNA

LA LISEUSE DE VILLAMAGNA

Littérature, Cinema, coups de gueule ou de coeur

Publié le par Gabriella
Nos petits

Du jour où l'on a assisté aux premiers pas (grosse émotion) à la première rentrée en classe de maternelle (journée de totale détresse) à ce moment fatidique : leurs 18 ans et soi disant indépendance, nous les avons vus grandir nos poussins.

Petits, nous avions droit "aux bisous partout" suivis de leurs rires en grelots. Les histoires à raconter (Petit Ours Brun et Winnie l'Ourson -mon préféré était Porcinet) étaient précédées des bains avec les jouets de toutes les couleurs et qui étaient de grands moments de complicité.

Puis, c'est fièrement que nous nous rendions à la Fête de Fin d'Année longuement préparée.

Le premier pincement au coeur est ce fameux jour de l'entrée en 6e où l'on ne peut plus "leur donner la main" because : "Les copains nous regardent, je suis plus un bébé". Nous maugréons bien un peu mais nous les attendons à la sortie du collège en échangeant avec les autres parents. Malgré leurs 11 ans, on continue à demander : "Tu as bien mangé à la cantine ?", "Et à la récré, tu t'es fait de nouveaux potes ?" "Ton appareil dentaire te fait moins mal ?" et finalement : "Tu veux manger quoi ce soir ?"

Et voilà, déjà les petits copains qui arrivent, les fêtes, les sorties et nous les voyons encore fragiles avec leurs cartables trop lourds, les sérieux questionnements sur leur futur (dis, je prends espagnol ou allemand en 4e ?).

Bon, l'année du Bac arrive très vite. On ne s'attardera pas sur les nuits d'attente des sorties en boite de nuit, les déceptions amoureuses, les nouvelles façons de s'habiller (eh oui, ils choisissent leurs vêtements maintenant, il est loin le temps de la layette repassée avec amour).

Chaque étape est pour nous des actes d'amour et des grands moments de joie. De leurs premières dents à la première montre et puis la première guitare et la première fois chez le coiffeur (je leur coupais pourtant si bien les cheveux !). Les collections de timbres ou d'images Batman restent dans nos armoires. Les albums sont pleins à craquer de photos qui nous émeuvent. Respirons ces moments de délices où leurs corps ont cette odeur d'enfance qui suffit à notre bonheur.

Ils sont sont devenus beaux et nous sommes fiers quoiqu'ils fassent, qu'ils disent, qu'ils prévoient de vivre. Je crois que nous sommes ainsi des parents pétris d'amour et d'attention qui fait que le moment du départ est vécu comme un nid qui se vide. Ils sont devenus grands nos petits et les discussions échangées nous font découvrir des personnalités étonnantes. Je suis certaine qu'ils se souviennent de tous ces moments d'enfance, d'adolescence avec émotion et tendresse car nous sommes bien les meilleurs parents du monde ! L'amour d'une mère, c'est comme une écharpe bien chaude autour du cou un soir d'hiver, n'est-ce-pas ?

Nos petits
Nos petits
Nos petits
Nos petits
Nos petits
Nos petits

Commenter cet article

Nadège 14/10/2013 20:46

J'adore les textes ou tu parles de ta vie, il y a une sensibilité qui se dégage, je percois les sensations et les émotions!

Gabriella 14/10/2013 20:52

Ah, tu sens l écharpe chaude autour du cou.... Et moi, je sens encore la sensation de ces matins de Noël où l on regardait les dessins animés pleins de souris et d étoiles, une ambiance unique de plénitude !

Delphine 14/10/2013 15:26

Encore un très joli texte ! !
Oui nos petits grandissent ....et toujours trop vite !
Les photos qui illustrent sont très belles, comme tes "petits".

Delphine 14/10/2013 15:46

Je suis certaine que tu as raison, je te raconterai ces nouvelles 1ères fois ! ;)

Gabriella 14/10/2013 15:41

Je te comprends à 100 %, on se remplit de leur odeur, de leur rire sans jamais se lasser, c est une chance de vivre cela. Je plains les mères qui ne connaissent pas ces joies, d histoires à raconter, de gouter à partager, de chagrins à consoler. Mais l adolescence aussi a ses charmes, les pts copains, les sorties, lorsque la complicité est là, tous les instants sont à déguster.

Delphine 14/10/2013 15:37

Quelle chance nous avons de faire parti de ce "clan" les mamans ! ! ! J'avoue sans pudeur apprécier chaque jour passé avec mes amours, me gaver et ne pas encore être rassasiée...consciente que déjà pour Charlotte ce sont nos (presque) derniers moments d'enfance, sniff ;)
Bises

Gabriella 14/10/2013 15:29

Merci Delphine, ce texte touche le coeur des mamans et nous restons des mères pour toujours. Passe du bon temps avec tes "petits" et Erwan....

LA LISEUSE DE VILLAMAGNA

Littérature, Cinema, coups de gueule ou de coeur

Articles récents

Hébergé par Overblog