Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA LISEUSE DE VILLAMAGNA

LA LISEUSE DE VILLAMAGNA

Littérature, Cinema, coups de gueule ou de coeur

Publié le par Gabriella
le petit café du matin

Aujourd'hui, on se la joue style Amélie Poulain. Vous savez lorsqu au début du film, on voit sa mère nettoyer son sac à main minutieusement en se délectant et tout remettre en ordre ? Ce n est pas mon délire de nettoyer un sac... Moi, ce que j'aime, c est sortir le linge propre de la machine, le repasser encore humide car de cette façon je sais qu'il sera impeccable après séchage. Au Collège "Notre Dame" de Roubaix (paix à son âme), on nous apprenait les vraies choses de la vie : repassage, couture, broderie en écoutant de la musique classique et cuisine en plus des matières générales. On leur apprenait quoi aux garçons ? A réparer des prises ou un robinet peut-être, ca m aurait bien servi aussi.

J'aime aussi lorsque le lit est impeccable avec ses draps tout frais et les tables de nuit dépoussiérées. Comme on fait son lit, on se couche dit le proverbe. Il est 16 h et je suis dans l'avion en direction de Charleroi, je n'aime pas çà car je laisse le soleil d Italie et la grisaille m'attend. Car j'aime le soleil ardent, celui qui plombe, qui immobilise les animaux, celui qui nous fait sentir des parfums inattendus de feuilles de maïs sec, pastèques mûres, sueurs humaines. Celui qui fait résonner les cloches de village lorsque le silence est total, celui qui fait chanter les cigales. Celui qui nous fait à peine supporter un voile de tissu, qui rend gai et léger comme un vin de champagne. Et c'est bien le meilleur moment, à mon avis, pour faire l'amour.....

Et vous, qu'est-ce qui vous rend heureux ? L'odeur de la première tasse de café le matin, le gazouillis d'un bébé ou une nouvelle couleur de vernis à ongles....... ou encore le regard de votre amoureux (se) !!

Commenter cet article

Emil 09/07/2013 13:08

Moi j'aime passer le matin très tot, quand les bars ouvrent et tu entends les bruits des tasses posées sur les assiettes, le son des cuillères sur le comptoir. Tout se réveille. Et toi tu marches ds la rue ensoleillée, avec ce soleil doux du petit matin! C'est une bonne journée qui commence.

Gabriella 15/12/2013 15:12

Emi, tu parles de l ambiance romaine que tu adores, je te comprends....

soph' 05/07/2013 18:05

Hello Gabriella ! Réponse à la question finale : le regard de ma bien aimée.

Soph' 07/07/2013 16:06

Je suis à Lille en ce moment-même, il faudrait se prendre un verre en terrasse pour profiter un peu du soleil !

Gabriella 05/07/2013 18:16

Salut Soph, merci pour ton passage ici et enfin tu me parles de ta bien aimée, bienheureux à toi alors et à quand sur Lille ?

Michelle 03/07/2013 19:57

Un délice ce petit café du matin. Le frottage chez nous ç'était un art. Nous avons beaucoup donné dans le domaine. Si bien que mon premier mari, le pauvre, s'est retrouvé avec une fille qui "SAVAIT" qu'il n'y a qu'une façon de plier les serviettes. Soupir!
Je crois aujourd'hui qu'au fond ma mère n'aimait pas le tant le frottage que le résultat: la propreté, la loi et l'ordre ont certainement sauvé la petite famille d'orphelins dont elle faisait partie. L'aîné de quatorze ans inculquait à la fratrie une discipline de fer: tant que tout était à sa place et bien net, on allait survivre!
Eh qu'on pourrait "jaser" (une expression bien québécoise non péjorative qui veut dire "converser") longtemps sur le sujet.
Je suis allée chez les Sœurs aussi. Mais j'étais presque la chouchou puisque j'en connaissais un rayon sur la tenue de maison. Même mon frère quand il est allé dans l'armée, on n'a pas pu le prendre en défaut dans le domaine. Son lit était tiré au cordeau et ses bas parfaitement pliés.
Comme on suivait aussi mon père dans ses activités, comme des petits canards, ma soeur aînée est championne en matière de plomberie, et moi j'ai tiré les joints de plâtre sur les murs de ma maison. Mais c'est fini tout ça, on a passé l'âge.

Je me souviens, puisque tu parles de draps frais lavés, de ceux qu'on ėtendait l'hiver par des froids sibériens sur la corde à linge dehors. Je me demande bien pourquoi d'ailleurs. Ils étaient tellement raidis et glacés quand on les rentrait, qu'on avait du mal à les passer par la porte! Il fallait les casser pour ainsi dire, et les laisser finir de sécher à l'intérieur!
Je passe la dernière partie de ma vie à jeter un regard que je veux indulgent sur ce que je néglige peu à peu, avec la bénédiction de ma mère, pour faire autre chose.
- Tu sais Michelle, c'est toujours à recommencer, tu pourrais y passer toute ta vie. (C'est presque fait) Amuse-toi!
Merci maman.
Ce qui me rend heureuse? Comme je n'ai pas toute la journée, je résume ma pensée: Vivre!
Mais ce serait amusant de développer...

Gabriella 15/12/2013 15:11

Michelle, je ne me lasse jamais de te lire, tu me manques, je vais suivre ton second blog, bon périple à vous deux...

LA LISEUSE DE VILLAMAGNA

Littérature, Cinema, coups de gueule ou de coeur

Articles récents

Hébergé par Overblog