Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LA LISEUSE DE VILLAMAGNA

LA LISEUSE DE VILLAMAGNA

Littérature, Cinema, coups de gueule ou de coeur

Publié le par Gabriella
Coeur brisé

Sacrée Solange.

Elle tape en plein dans le coeur de milliers de personnes à qui ca arrive.... Oui, elle parle d amour ou plutot de chagrin d amour et de la déception que cela engendre, la tristesse qui suit les mois de rupture et comment gérer les émotions. Elle fait fort en voulant consoler les coeurs brisés alors qu elle a à peine 30 ans mais Solange sait trouver les mots. Géniale qu elle est.....

Amoureux, délaissés ou célibataires, écoutez-la !

Publié le par Gabriella
Mozart, l'hommage italien

Cette année encore et ce, depuis 16 ans déjà, la ville de Chieti en Abruzzo rend un juste hommage à Mozart. Une semaine durant, la ville chargée d'histoire se met à l'heure de Salzbourg avec costumes d'époque, ballets, concerts, opéras, théatres et chaque vitrine de magasins se met à l'honneur pour faire revivre l'époque du génie musical.

Le "Requiem" a été donné en l'église de S.Giustino. Vous imaginez la vive émotion ainsi qu'à la "déclaration théatrale de Maria Anna" (la soeur ainée) qui pleure sa tristesse de voir son virtuose de frère s'éloigner de Salzbourg la laissant seule (pourtant elle aussi très talentueuse mais c'est une fille).

Ce sont des moments magiques et féériques que nous offrent le maire Umberto di Primio ainsi que le directeur du thèatre Marrucino Ettore Pellegrino. Cet évènement culturel et musical est attendu de tous et c'est avec bonheur que touristes et habitants de la ville et des environs profitent de ces soirées estivales. Vive la Settimana Mozartiana !

Mozart, l'hommage italien
Mozart, l'hommage italien
Mozart, l'hommage italien
Mozart, l'hommage italien
Mozart, l'hommage italien
Mozart, l'hommage italien
Mozart, l'hommage italien
Mozart, l'hommage italien
Publié le par Gabriella
La loi du marché ou le prix d'une vie !

Jusqu’où peut-on aller sans perdre sa dignité dans une société qui semble bien malade ?

Le monde du travail, aujourd'hui, nous demande d’accepter des situations absurdes, bien souvent contraires à nos convictions. Bien que Laurence Parisot, ancienne présidente du Medef, qualifie ce film de « caricature », il retrace trop bien notre malheureuse époque de soi-disant crise…Mais elle et nous ne vivons pas les mêmes réalités. Avons-nous seulement les mêmes valeurs ? Alors de quoi est-il question ? Calculer au centime près lorsque nous faisons nos courses ? Accepter de se faire humilier chez Pôle Emploi avec des questionnaires qui ne mènent nulle part ? Quelle est la réalité de nos gouvernants lorsqu'ils acceptent que nos entreprises quittent le sol français pour gonfler leurs bénéfices vers d’autres horizons, nous laissant pantelants et exsangues….

C’est ce que nous montre le film « La loi du marché » de Stéphane Brizé. Avec un Vincent Lindon magistral qui a mérité son prix d’interprétation au Festival de Cannes . La caméra est lente, aussi lente que la vie du protagoniste qui se déroule sans grand enthousiasme, tant la lutte quotidienne pour survivre est présente. Toute joie est presque impossible. Lorsque manque l’argent, l’insouciance s’enfuit et fait place à l’angoisse du lendemain, la tristesse, une certaine résignation qui entraîne la dépression. Exit les sourires. Dans ce film (qui a été inspiré du documentaire "Lundi CDI"), tout est flou autour de Lindon. Ames sensibles s’abstenir, laissez votre coeur à la porte, ce film reflète l’âpreté de notre système actuel….

Thierry, surveillant dans un hypermarché, après 18 mois de chômage est témoin de multiples situations délétères. Toutes construites autour du profit qui ne rime pas avec humain. Il va ainsi jusqu’au bout de « son possible ». Nous sombrons, nous-mêmes spectateurs impuissants, dans l’incompréhension car il semble que cette société tente de nous éloigner de l’essentiel. Le travail n’est plus une raison de vivre, un but en soi enrichissant mais, devient source de burn-out, de harcèlement et de dépréciation, poussant quelquefois au suicide.... Doit-on accepter de baisser les bras et se résigner ? Jusqu'où peut-on laisser partir un tel système à la dérive ?

Publié le par Gabriella

Davide Esposito est un auteur, compositeur et interprète italien.

Né à Naples, il a grandi dans les années 1980 en écoutant Lucio Dalla et Lucio Battisti. Il a appris le piano enfant et, depuis, la musique est devenue sa plus grande passion. En 2015, il sort "Roma California" un album de reprises de chansons californiennes traduites en italien dont celle du groupe America qu'il a intitulée "A cavallo del vento".

Mais, peut-être préférez-vous l'original : "A horse with no name" qui est bien meilleur à mon goût, la guitare est si présente et le style original des années 1970. A vous de choisir...

LA LISEUSE DE VILLAMAGNA

Littérature, Cinema, coups de gueule ou de coeur

Articles récents

Hébergé par Overblog