Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LA LISEUSE DE VILLAMAGNA

LA LISEUSE DE VILLAMAGNA

Littérature, Cinema, coups de gueule ou de coeur

Publié le par Gabriella
Indila - Love Story

On l'entend beaucoup chanter en cette période et son timbre de voix nous fait vibrer. Elle a les influences artistiques de ses pays d'origines : Algérie, Egypte, Inde.... Rythme chaud, suave, je l'aime déjà ! Elle nous chante l'amour, ses peines, ses attentes, ses espérances.... Merci à William pour la découverte de cette perle, tu sais aimer Mozart, Bach, Indila, Shaka Ponk, Shakira et tant d'autres musiques du monde !

Publié le par Gabriella
Noa Moon - Paradise

Le printemps arrive, les couleurs et le soleil nous réchauffent. Les fleurs et les arbres s'épanouissent, c'est une explosion de fraîcheur..... Pour faire durer le plaisir, on va s'écouter une musique toute simple et pleine de punch. Elle est belge (décidément le pays des talents) jeune (20 ans) et déjà très connue grâce à sa voix chaude et à sa guitare. La video est sympa, on la suit sur "mon chemin".

Publié le par Gabriella
Lettre à mon fils

Pour tes premiers pas vers la vie d’adulte, je te dédie ces mots. J’avais déjà écrit quelques gribouilles lorsque tu étais petit : tes premiers pas, tes premiers mots et mon émerveillement pour toi bien souvent. Aujourd’hui, j’ai envie de t’écrire car te parler me ferait verser quelques larmes d’émotion.

Te dire que depuis que tu es né, j’imaginais ce jour où, plus grand que moi, tu serais si beau à mes côtés. J’imaginais ta vie dans ton regard bleu. Et voilà que tu es devenu ce jeune homme qui suit son chemin et même si je dois te lâcher peu à peu la main, tu sais que je serais toujours là pour toi.

Je souhaiterais, bien sûr, en tant que maman, écarter les soucis que tu rencontreras et t’aider à avancer sans trop d’égratignures, te couver encore comme un poussin et te montrer la route si tu te sens un peu perdu...

Mais, surtout, apprends à être libre de penser et d’agir sans trop t’occuper de l’avis des autres.

Etre maître de sa vie, c’est la vraie liberté.

Apprends à aimer tes qualités qui sont nombreuses, des capacités tu en as beaucoup tu le sais, fais-toi confiance et ne doute pas de tes choix.

Puise ta force en notre amour qui t’entoure et ainsi tu sauras que tout ce qui peut être imaginé devient réalité.

Lettre à mon fils
Lettre à mon fils
Lettre à mon fils
Lettre à mon fils
Lettre à mon fils
Lettre à mon fils
Lettre à mon fils
Publié le par Gabriella
Histoire de vie, somme toute banale

Elle sait la souffrance de l’abandon. Etre délaissée et ne plus exister. Elle connait et s’en méfie car comme dit le psy : « Avec le syndrome de l’abandon, le risque est que l’on préfère laisser l’autre, l’être aimé, avant que celui-ci ne le fasse. Ainsi, on ne ressent pas l’échec, enfin un peu moins… ». Alors, elle lutte, elle aimerait croire en lui, même s’il est loin ou… ailleurs ou… à ses côtés.

C’était au mois d’octobre alors qu’elle n’attendait personne qu’Il s’est annoncé. Tenace, un peu arrogant, prêt à prendre sa place. Son cœur a fait boum très vite car les mots qu’il a prononcés, elle les attendait depuis si longtemps. Sa silhouette la faisait craquer et son regard l’a vite embrasée. Alors, boum, boum, elle a dit oui ! Depuis des mois, ils s’aiment avec un bonheur tout neuf et l’espoir que ça dure une éternité car il a cette façon si particulière de l’enlacer.

Elle aimerait juste parfois ne plus douter et diluer cette pointe d’angoisse qui ronge sa tranquillité. Elle boit ses mots d’amour et relit ses messages comme une assoiffée. Elle se rassure, il semble lui aussi un peu vulnérable, fragilisé par la vie…. Mais, il y a ces jours maudits où elle est un peu plus sensible et l’attente trop douloureuse alors elle lui envoie une pluie de mots terribles à entendre. C’est sa façon à elle de lui confier sa douleur. Elle veut le fuir pour retrouver sa « tranquillité ». Elle le lui dit et il se ferme. Alors elle comprend, à ce moment-là, qu’ils sont deux à souffrir. Les mots difficiles à entendre sont prononcés : « Va-t-en, je ne te veux plus ». Leurs cœurs battent ou ne battent plus ou ne contrôlent plus rien.

Elle s’enfuit par l’escalier. Comme il fait froid ! … Elle avance mais ses jambes se sont arrêtées, elles ne veulent plus faire un pas. Lui la cherche : « Mais, qu’est-ce qu’elle fout, bordel, la chieuse de ma vie ? ». Elle a toujours froid dans l’escalier en béton. Elle n’avance ni ne recule. Elle ne pense plus, tétanisée. Elle ne veut pas le perdre. Boum, boum, il arrive, la prend dans ses bras, la serre si fort, la prie de revenir. Elle dit non mais son cœur dit oui. Elle pense qu’il est temps d’arrêter de souffrir, de choisir de vivre avec confiance et non prudence. Elle n’a plus le choix. Sa place est là, près de lui, il sait la réchauffer. Lui seul peut la réchauffer alors petit à petit son angoisse fond et elle y va. Elle le suit. Elle ne pense plus à l’abandon, elle veut vivre et sentir le soleil sur sa peau. Et puis, elle le voit si heureux lorsqu’elle rentre à la maison : « Viens, mon amour, ne souffre plus, je suis là, ta place est à mes côtés ».

Publié le par Gabriella
DE ROUILLE ET D'OS - Film de J. Audiard (2012)

Ce film de Jacques Audiard est une adaptation du recueil de nouvelles de Craig Davidson, auteur américain, "Un goût de rouille et d'os", publié en septembre 2005.

Dans leur travail d'adaptation, Jacques Audiard et le scénariste Thomas Bidegain ont pris quelques libertés avec le roman. Au lieu d'en reprendre le récit tel quel, ils ont décidé de s'attacher aux personnages, et plus particulièrement à la brutalité inhérente et au ton de l'histoire….

Le tournage s'est déroulé en octobre 2011, dans les Alpes-Maritimes, entre Cannes, Nice et Antibes (notamment au MarineLand de la ville) et en Belgique.

L’histoire commence dans le nord. Ali se retrouve avec Sam, cinq ans, dans les bras. C'est son fils, il le connaît à peine. Sans domicile, sans argent et sans amis, Ali trouve refuge chez sa sœur à Antibes. Elle les héberge dans le garage de son petit pavillon, elle s'occupe du petit et il fait beau. A la suite d'une bagarre dans une boite de nuit, son destin croise celui de Stéphanie. Il la ramène chez elle et lui laisse son téléphone. Stéphanie est dresseuse d'orques à Marineland. Il faudra que le spectacle tourne au drame pour qu'un coup de téléphone dans la nuit les réunisse à nouveau. Quand Ali la retrouve, la princesse est tassée dans un fauteuil roulant : elle a perdu ses jambes et pas mal d'illusions. Il va l'aider simplement, sans compassion, sans pitié. Elle va revivre. Nous ne sombrons pas dans le pathos. Nous assistons à une résurrection, un appel de la vie.

Si je parle aujourd’hui de ce film, sorti en mai 2012, c’est qu‘il trotte encore dans mon esprit . Pourquoi en parler 2 ans plus tard ? Je l ai visionné près de 10 fois. L’histoire me plaît bien sûr et les acteurs aussi mais il parle surtout à mon instinct de survie.

Une fille qui a tout pour elle mais qui n’est pas heureuse perd ses jambes et comment la vie devient plus belle ensuite malgré ce désastre ? Elle rebondit grâce au regard de l'autre, un regard d'amour !

Comment s’adapter à ce monde malgré le destin qui bascule ? Souvent, nous subissons les coups qu’on nous assène et ne voyons pas la possibilité d’être heureux quand même et peut-être grâce à ce coup du sort. L’histoire est très optimiste. Bien sûr il y a Marion Cotillard, magnifique et Mattias Schoenaerts , un mec bourré de testotérone .C’ est un film que Jacques Audiard a vraiment réussi même si sa caméra se perd souvent : le soleil nous cache les personnages, les prises de vue ne sont pas des meilleures et c est sans doute « fait exprès ». Ce film vous bouleversera sans aucun doute…..

LA LISEUSE DE VILLAMAGNA

Littérature, Cinema, coups de gueule ou de coeur

Articles récents

Hébergé par Overblog