Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LA LISEUSE DE VILLAMAGNA

LA LISEUSE DE VILLAMAGNA

Littérature, Cinema, coups de gueule ou de coeur

Publié le par Gabriella
Parlez-moi un peu d'amour...

A un mois de Noël, on a déjà envie de douceur.

On pourrait facilement parler des soucis du moment tant notre Président Normal nous simplifie la vie avec "le changement, c'est maintenant". Parler chômage est toujours d'actualité (comment une entreprise bénéficiaire peut, sans états d'âme, licencier des travailleurs ?), discuter du fait qu' aujourd'hui on touche des allocations plutôt qu'un salaire. Notre gouvernement, qui connaît si peu "la vraie vie", laisse faire en voyant couler ce beau paquebot qui s'appelle encore la France.

On pourrait évoquer la pollution de l'air, du sol et de l'ambiance générale mais ca gêne un peu. Faire l'autruche, c'est plus simple et puis sommes-nous vraiment tous concernés par l'état notre planète ? On prend tous trop de médicaments et on découvre finalement qu'ils nous empoisonnent sans nous soigner ! La vie n'est donc pas le fleuve tranquille sur lequel nous voulions naviguer. Alors, ce qui nous rejoint tous (enfin je le souhaite), c'est bien le sujet de l'Amour. Oui, nous en avons tous besoin de cette douceur veloutée et fondante . Voilà qui fait l'unanimité.

J'aimerais donc parler d'amour. Du fait de recevoir un vrai baiser.... Entendre des mots qui nous chavirent et savoir qu'on peut se reposer vraiment avec lui ou elle. L'amour dont on rêve, absolu, fusionnel, quotidien, qui tient chaud au coeur, qui résiste à la tempête parce qu'on sait se perdre dans ses yeux. On respire son souffle et ses caresses nous bercent. Au premier coup de vent, ses bras nous retiennent. Tranquille et debout, c'est lui qui nous touche. C'est aussi le plaisir intense d'être ensemble pour tout simplement se raconter. Il nous fait oublier ce que l'on a vécu avant, c'est la lumière et alors la promenade sera si belle !

Et pour vous, est-ce que l'amour colore votre existence ? Est-il votre équilibre et le centre de votre vie ?

Parlez-moi un peu d'amour...

Commenter cet article

William 26/11/2013 15:56

Bonjour petit, tout petit Prince Philippe. Cette fois vous arrivez trop tard pour réveiller la belle. Votre vocabulaire guerrier ne sied pas à l’amour. Votre duel est d’un autre temps où le résultat d’une joute se suppléait au désir de la Dame. Vous ne savez rien de l’intérêt que je porte à ce blog. Tout comme Gabriella est ma muse, j’espère l’inspirer quand elle parle d’amour. Craignez pour vos arrières … …. William !

Gabriella 30/11/2013 19:02

Pour clore le chapitre si palpitant de l'amour, je reviens sur la chronique de Nicolas Bedos dans "Elle Magazine" où il sévit depuis septembre (je vous invite à le lire, il est délirant comme on l aime).
Il raconte qu'ayant été invité par une femme qu'il n'aimait pas d'amour vrai, il l a suivie, malgré tout, dans les mers des Caraïbes où une suite l'attendait avec piscine et tutti quanti. Là où on devrait s'attendre à du bonheur et délectation, il n'en retira que frustration et violent désir de fuite. En effet, la belle a déployé toute son ardeur à le séduire mais lui n'éprouvant rien, trouvait insipide les repas fastueux, les lits aux draps soyeux et la musique de Chopin. Si bien que, s'apercevant qu'il la détestait de plus en plus de ne en pas être fou, il l'a délaissa un beau matin sans tambour ni trompette. L'amour, s'il n'est pas partagé, ne vaut rien même si on déroule le tapis rouge, offre des bijoux et mille attentions. Notre coeur palpite on ne sait pas trop pour quelles raisons et on ne contrôle plus rien (O rage et désespoir mon William).

@ Michelle : Victor Hugo bien sûr. Ce n'est pas comparable à Bedos bien entendu mais je les aime tous deux.

Michelle 30/11/2013 18:31

Puisqu'il s'agit d'amour :

Aimons toujours ! Aimons encore !
Quand l'amour s'en va, l'espoir fuit.
L'amour, c'est le cri de l'aurore,
L'amour c'est l'hymne de la nuit.

Ce que le flot dit aux rivages,
Ce que le vent dit aux vieux monts,
Ce que l'astre dit aux nuages,
C'est le mot ineffable : Aimons !
………….
Conserve en ton coeur, sans rien craindre,
Dusses-tu pleurer et souffrir,
La flamme qui ne peut s'éteindre
Et la fleur qui ne peut mourir !

Rien à rajouter. Merci de nous parler d'amour, l'élixir de vie !
Je t'embrasse

Gabriella 29/11/2013 18:03

@ Colette : A vrai dire, je m inquiétais un peu, plus rien sur ton blog depuis septembre et pas de mail, bon tout va bien tant mieux. Je connais ton étroite relation avec ton mari et c est fantastique, c est ce que j aime entendre. Donne des news de tps en tps dès que tu peux

@ Gisela : Ah la lâcheuse ! Non, je ne pardonne pas et je ne t'aime plus. Le Sahara et tt le reste, quelle chance tu as, au moins ton mari te sert d'accompagnateur, ne sois pas injuste. Oui, on s appelle.

@ William : Mon héros, j'aime ton état d'esprit du jour et t'en dirai plus lorsque nous serons en tête à tête.

Gisela 29/11/2013 14:06

Ah, ah, je te reconnais en ton blog, je ne viens pas souvent, je l'avoue mais tu le sais, trop occupée à faire le tour du monde moi l Allemande, tu ne m'en veux pas ? L'amour tu sais bien ce que j en pense, bof. William est un adorateur et tu es avec lui toi l'amoureuse ? mais Philippe bon, c'est trop. Je t'appelle un soir chez toi vers 20 h promis.

Colette 29/11/2013 12:41

Cela fait longtemps que je ne suis passée par ici, tu sais, beaucoup de conférences à faire. L'amour de mon mari me porte depuis longtemps, il est ma vie et mon moteur et les couleurs que je mets dans mes dessins, c est lui qui les choisit, cela fait des dizaines d années cote à cote que je n envisage pas une seule promenade sans lui.
Une déclaration comme celle de William doit t aller droit au coeur, profite ma belle !

Philippe 26/11/2013 09:49

Chère Gabriella, souffrez aussi mon audace aujourd’hui, mais l’amour est un équilibre lorsqu’on l’a trouvé. Il est un combat durant sa quête. Aussi présent que soit l’équilibre, il doit s’entretenir. Pour rebondir sur votre phrase : « que seul est vaincu celui qui renonce » … je ne vais pas renoncer. Aucun être en amour n’est définitivement acquis … et donc en retour, ni définitivement perdu. Je suis très touché par votre personnalité et subjugué par l’écrin qu’elle habite (Votre photo présentée dans « C’est la fin de l’été »). Vous êtes plus belle que la lumière du jour qui se reflète sur un rivage italien ! La jalousie me porte à donner raison à Molière concernant le dessin. Et je désire naturellement demander raison à ce bellâtre de William qui brille par son silence et son désintérêt pour votre blog. Souffrez que je défende vos couleurs. Si William est ce que vous prétendez, il ramassera le gant et croisera la plume, sinon je n’aurai fait que démasquer un imposteur. Ma plume est votre et à votre service. Philippe.

Gabriella 26/11/2013 14:55

Certes j aime les compliments ainsi que l'audace et vos propos me touchent, bien que votre tirade "la lumière du jour...." soit exagérée. Vous avez simplement vu une photo. Maintenant, je ne peux me substituer à William mais je sais qu'il est tant pris par ailleurs qu'il ne passe pas souvent par mon blog. Il me semble, de plus, qu'il ne soit pas d'un naturel jaloux mais surtout très romantique. Il utilise son temps à tout autre chose. S'il vous lit, il vous regardera de sa hauteur et vous ignorera. Pour ma part, bien que flattée, je considère que tout ceci n'est que virtuel. Votre plume est belle, c 'est indéniable, elle est vôtre, utilisez-là à bon escient et c'est cordialement que je vous salue (je reste cependant sur votre phrase qui est juste : "Aussi présent que soit l'équilibre, il doit s'entretenir". A bientôt et merci pour le passage.

Molière 25/11/2013 19:23

Diantre quel dessin! L'amour est douceur,soit, mais pas mollesse! Couvrez-moi ce dessin que je ne saurais voir!

Gabriella 25/11/2013 19:43

c est vrai ? Tu trouves qu il est moche, mollesse ? Je suis pas spécialiste moi, tu exagères, je parles d amour pas de dessin, tu es trop perfectionniste en dessin et en amour ??

Philippe 25/11/2013 16:57

Je vois qu’apparemment Mr. William ne vit pas en noir et blanc. S’il a la sensibilité du petit prince, il a surement eu l’audace qu’il faut pour vous déposer un vrai baiser. Serait-il un peu marin pour affronter avec vous ce fleuve si tourmenté que vous évoquez ? Un bateau s’agite dès lors que l’on borde les voiles, mais c’est la meilleure façon de le faire avancer pour atteindre des rivages paisibles. La promenade est belle dès lors que chacun se sent bien et important à bord. L’amour est un moteur formidable lorsqu’il est partagé. C’est la plus belle chose à vivre et plus qu’un équilibre c’est l’équilibre que l’on devrait tous chercher et qui devrait régir notre façon de vivre. Plus que le centre de la vie, c’est la vie. Cordialement, Philippe.

Gabriella 25/11/2013 17:53

Vous êtes un peu devin je crois car en effet, à ce que l'on m'en a dit, William est un peu marin. Il n'a pas peur des eaux tourmentées et les affronte avec force et vaillance. Et c est avec grâce qu'il dépose de vrais baisers (toujours à ce que l'on m'en a dit). Je vous rejoins tout à fait concernant vos propos sur l'importance de l'amour, en effet c est la vie. J'ai envie de faire une jolie promenade car il m'apprend, en cette période, que seul est vaincu celui qui renonce. Merci à vous cher Philippe pour la balade verbale et revenez souvent..

LA LISEUSE DE VILLAMAGNA

Littérature, Cinema, coups de gueule ou de coeur

Articles récents

Hébergé par Overblog